ET SI LA RÉNOVATION DE VOTRE LOGEMENT ÉTAIT FINANCÉE PAR UN PRÊT REMBOURSÉ LORS DE LA REVENTE ?

Partager sur :
ET SI LA RÉNOVATION DE VOTRE LOGEMENT ÉTAIT FINANCÉE PAR UN PRÊT REMBOURSÉ LORS DE LA REVENTE ?

 

 

Afin d'encourager encore plus de ménages à rénover leur logement, Olivier Sichel, directeur général délégué de la Caisse des dépôts, propose notamment d'accorder un prêt pour les travaux qui sera remboursé au moment de la revente ou de la succession. Explications.

(BFM Immo) - La rénovation énergétique des logements avance à un rythme très soutenu depuis l'ouverture de Maprimerénov' (voir notre dossier ici pour savoir comment ça fonctionne) à tous les ménages depuis le 1er janvier. A tel point qu'on pourrait atteindre les 780.000 dossiers déposés auprès de l'Anah (Agence nationale de l'habitat) cette année, contre... moins de 190.000 en 2020. 

Toutefois, le rythme pourrait encore être accéléré. Certes, pour les propriétaires bailleurs, c'est-à-dire ceux qui louent un logement, ils n'auront de toute façon bientôt plus le choix. Le projet de loi Climat veut en effet leur interdire de louer des passoires thermiques à compter de 2028. Mais comment fait-on pour ceux qui vivent dans les passoires thermiques, les propriétaires occupants? C'était le sujet de réflexion d'Olivier Sichel, directeur général délégué de la Caisse des dépôts (CDC) et directeur de la Banque des Territoires, qui vient de rendre public un rapport sur le sujet. 

Comment aider les propriétaires à réaliser leurs travaux de rénovation énergétique ?

Décryptage des propositions d'Olivier Sichel, missionné pour accroître la rénovation énergétique des logements en France par le gouvernement. Avec Marie Coeurderoy dans le journal de 60 Minutes Business

 

Mettre en place un réseau d'accompagnateurs

Il formule trois propositions pour aller plus vite sur la rénovation énergétique des bâtiments. Le premier axe est de développer un réseau national d'accompagnateurs. Ce sont des accompagnateurs que veut Olivier Sichel, des gens qui iront chercher les propriétaires de passoires thermiques, leur expliquer ce qu'ils ont à gagner, combien ça va leur coûter, quelles aides ils peuvent avoir pour mener ces travaux de rénovation, quels artisans ils peuvent solliciter dans la région, etc. 

L'idée est d'avoir un expert qui va venir aider les propriétaires à envisager ces travaux. Attention, cet expert sera un interlocuteur obligatoire s'il s'agit de mener des travaux de rénovation globale. A priori, on n'a pas encore bien identifié les seuils mais, par exemple, à partir de 5.000 euros de travaux, vous seriez dans l'obligation en tant que propriétaire occupant de passer par un de ces accompagnateurs. Evidemment, ce réseau d'accompagnateurs aura un coût à la charge de l'Etat, à peu près 350 millions d'euros par an.

 

Faciliter l'accès à l'information

Le deuxième axe est de centraliser, de faciliter. Et pour cela, Olivier Sichel veut créer une plateforme digitale qui va tout récupérer: les coordonnées des accompagnateurs, les travaux qu'on peut faire, les gains d'économie d'énergie, les artisans, les organismes de financement, les différentes subventions, tout ce que vous pouvez trouver dans la planète France pour mener ces travaux de rénovation... Ce sera à destination des propriétaires mais surtout de ces fameux accompagnateurs.

Le troisième axe est celui du financement. "Vous prenez une maison, vous faite une rénovation globale. Ça va vous coûter en moyenne 40.000 euros. Alors vous avez plein d'aides possibles. Mais au final, souvent, il reste la moitié à la charge du propriétaire. Et il y en a qui ne peuvent pas payer ce reste à charge", explique Olivier Sichel. Il propose donc un prêt avance mutation. L'idée est que ce reste à charge soit financé par les banques elles-mêmes.

 

Rembourser un prêt travaux à la revente

Le propriétaire occupant ne remboursera cette somme prêtée qu'à la mutation, c'est-à-dire soit au moment de la vente du bien immobilier, soit au moment de la succession. En clair, vous allez avoir pour les populations les plus modestes des travaux qui à la fin vont être quasi-gratuits. Quasiment puisque pour un ménage qui gagne moins de 30.000 euros par an, à la fin il ne restera que 5% de reste à charge. 

Reste maintenant à savoir si le gouvernement se saisira des propositions d'Olivier Sichel.